Qu’est-ce que le DSM ?

Genèse et transformations de la bible américaine de la psychiatrie

Steeves Demazeux

Parution : 26 avril 2013
153 x 220 mm, 256 pages

ISBN : 978-2-916120-36-2

16 € TTC

L'œuvre

Publiée en 1980 par l’Association américaine de psychiatrie, la 3e édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, ou DSM-III, a marqué une cassure dans le champ de la médecine mentale. « Simple » classification systématique des maladies mentales au départ, son influence a largement débordé du champ clinique. Les catégories du DSM-III (et de ses successeurs, jusqu’au DSM‑5) ont forcé à une recomposition majeure toute la recherche moderne en psychiatrie, en psychopharmacologie et en épidémiologie, altérant les conditions de prise en charge des malades, jusqu’à s’élever au rang de normes dans les évaluations contemporaines en santé mentale.

Or le DSM a fait l’objet d’un nombre considérable de reproches. Car si certains se réjouissent que le DSM ait renvoyé aux poubelles de l’histoire l’ancienne psychiatrie « pré-scientifique », la psychanalyse et, en général, les opinions subjectives sur la folie, d’autres y voient « la mort de la clinique », une version à la fois scientiste et déshumanisante de la psychiatrie.

Toutes ces objections ont un point commun : elles reposent sur une connaissance très partielle de l’histoire du DSM, du contexte de son élaboration, et des raisons complexes, épistémologiques comme institutionnelles, qui ont présidé à ses révisions successives. Pourquoi le DSM fait-il donc si peur ? Et ceux qui prônent ce nouveau style scientifique en psychiatrie y ont-ils gagné autant qu’ils croient ?

Il convient donc de préciser la nature de la révolution épistémologique opérée par les DSM.
Qui furent les psychiatres à l’origine de ce projet ? Quelles furent leurs cibles polémiques et leurs méthodes ? Quelle conception, enfin, se faisaient-ils de l’objectivité en psychiatrie ?
Répondant en détail à ces questions, Steeves Demazeux révèle l’étonnante singularité du projet qui a conduit au DSM, pour mieux réfléchir aux difficultés qu’il continue de soulever.

Revue de presse :
Revue française de psychanalyse - déc. 2014
Revue philosophique n°139 - déc. 2014
La Revue nouvelle - avril/mai 2014
Prescrire - fév. 2014
Lire - janv. 2014
Science & pseudo-sciences
Sélection prix Oedipe 2014
Tout Prévoir - sept. 2013
L'Autre - 2013
La Recherche - sept.2013
Nonfiction - juin 2013
Slate.fr
Libération – page société
France Culture – émission Culturesmonde. Avec P.-H. Castel, Allen Frances et Amal el Hachimi
Les Échos – 1980, la révolution du DSM-III
Les Échos – Le livre qui rend fous les psychiatres
France Culture – émission NCC
Santé Mentale
Rue89 – DSM : tous malades mentaux ?
Rue89 – Mon trouble est enfin reconnu...
Le Figaro – 15 avril 2013
PSN – avril 2016

SOMMAIRE :

Les écuries d’Augias ?
Introduction
Remerciements

I. L’importance de la tradition statistique aux États-Unis
1. Deux traditions classificatoires
2. Les premiers recensements statistiques
3. Du bourbier nosologique à la première classification standardisée
4. Le Manuel statistique de 1918
5. Trois classifications à la sortie de la guerre
6. La discrète naissance du DSM

II. Les ours qui voulaient danser
1. La conférence de Hempel en 1959
2. Les nouveaux thermomètres du mental
3. La nouvelle donne du DSM-II (1968)
4. L’ordinateur, un clinicien presque parfait
5. Le pavé de l’ours

III. La révolution de velours
1. Le diagnostic en accusation
2. Les années charnières : 1972-1974
3. Le collège invisible des psychiatres néokraepeliniens
4. La préparation du DSM‑III (1974-1980)

IV. Anatomie d’une classification d’un nouveau genre
1. L’avènement d’une bible diagnostique
2. Le pari de l’a-théorisme
3. Le menu chinois
4. Les trois taches aveugles du DSM‑III
5. Les promesses non tenues du système multiaxial

V. L’ontologie grise du DSM
1. En quête de validité
2. La remise en cause de la nature même de l’activité diagnostique
3. Comment découper sans pointillé ?
4. Épilogue : le DSM-5, et après ?

Conclusion
Note sur les références et les index

L'auteur

Steeves Demazeux est agrégé de philosophie et docteur en philosophie des sciences (IHPST,
Paris 1). Il travaille sur l’histoire et l’épistémologie de la psychiatrie, et s’intéresse particulièrement
aux problèmes que soulève la nosologie psychiatrique contemporaine, depuis les modélisations théoriques des maladies mentales jusqu’aux enjeux soulevés par la standardisation du diagnostic psychiatrique. Ses travaux portent également sur l’épidémiologie psychiatrique, les programmes de prévention des troubles mentaux, mais aussi et plus généralement sur les questions d’ontologie médicale, de modèles explicatifs en médecine et sur la définition du normal et du pathologique.

Il est l’auteur, avec Françoise Parot et Lionel Fouré, de Psychothérapies, fondements et pratiques, paru chez Belin en 2011. Il coordonne par ailleurs la publication de deux ouvrages collectifs de langue anglaise dans la collection History, Philosophy and Theory in the Life Science, chez Springer, qui paraîtront dans le courant de l’année 2013. Il est membre du comité de rédaction de la revue Psychiatrie, Sciences humaines et Neurosciences (PSN).