• Ithaque

Jaegwon Kim (1934-2019) : le philosophe américain vient de disparaître

Mis à jour : mai 12

Par François Athané, Stéphane Dunand, Pascal Engel


Le physicalisme réductionniste sauve le mental, mais seulement comme une partie du monde physique.”

C’est avec une très grande tristesse que nous avons appris la disparition du philosophe Jaegwon Kim, mercredi 27 novembre 2019. Né en Corée, à Daegu, en 1934, il était venu étudier aux États-Unis les mathématiques puis la philosophie, soutenant ensuite sa thèse sous la direction du philosophe des sciences Carl Hempel. Professeur de l’université Brown, Jaegwon Kim est l’auteur d’une œuvre importante, dont les contributions en philosophie de l’esprit ont largement façonné le cadre des discussions contemporaines sur le mind-body problem. Avec beaucoup de subtilité et de profondeur, il a su reprendre l'un des problèmes classiques les plus épineux, celui des relations entre l’« âme » et le corps, en prenant appui sur les sciences de son temps.

Partant de la théorie de l’identité des états mentaux et des états cérébraux, initialement défendue par les philosophes Smart et Feigl, ainsi que de certaines des thèses de Donald Davidson, il a questionné sans relâche la nature de l’esprit humain au prisme de la causalité mentale, en pensant les conditions de l’efficience de l’esprit dans un monde fondamentalement physique.

C’est à la défense d’un physicalisme conséquent qu’il a consacré nombre de ses analyses et de ses arguments. Ses recherches, qui relèvent aussi bien de la philosophie de l’esprit, de la philosophie des sciences que de la métaphysique, ont ainsi porté sur les notions de survenance, d’émergence, de réduction, de causalité et de causalité mentale, mais aussi sur les concepts d’événements et de propriétés, d’actions, et d’autres encore.

Il est notamment l’auteur de La Survenance et l’Esprit (Supervenience and Mind, 1993) ; L’Esprit dans un monde physique (Mind in a physical World, 1998) ; Trois essais sur l’émergence (incluant l’article Making sense of Emergence, 1999) ; Philosophie de l’esprit (Philosophy of Mind, 2006); Physicalism, or Something Near Enough (2005).

C’est à l’originalité et à la robustesse des thèses du philosophe, à la minutie argumentative de ses analyses, mais aussi à la probité, à la gentillesse et à la générosité de Jaegwon Kim que nous souhaitons rendre hommage.

« Quoi qu’il en soit, ce qui ressort de plus en plus clairement des débats toujours en cours sur le problème corps-esprit, c’est que les positions d’entre-deux actuellement en faveur, tels que le dualisme des propriétés, le monisme anomal et le physicalisme non réductionniste, ne sont pas aisément compatibles avec un physicalisme robuste. Penser que l’on puisse être un physicaliste sérieux, tout en goûtant la compagnie de choses et de phénomènes non physiques, c’est, à mon avis, caresser un rêve bien futile. Le physicalisme réductionniste sauve le mental, mais seulement comme une partie du monde physique. Si j’ai visé juste dans mon argumentation depuis le début de ces conférences, c’est ce que nous devrions attendre du physicalisme. Et c’est ce que nous aurions dû escompter tout du long. Le physicalisme ne peut être obtenu à vil prix. »

Jaegwon Kim, L’Esprit dans un monde physique,

Chap. IV, 6, Paris, Ithaque, 2014.

#JaegwonKim #Philosophie #Physicalisme #ClaudineTiercelin #PascalEngel #MathieuMulcey #FrançoisLoth #StephaneDunand #DavidMichelPajus #FrançoisAthané #MaxKistler #MindBodyProblem

106 vues

© 2016 - Tous droits réservés. 

  • Facebook Basic Black
  • Twitter Basic Black
  • Instagram Basic Black